MADONAH, un outil au service des personnes âgées

MADONAH, un outil au service des personnes âgées

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

L’appartement pilote du GIS MADONAH est un lieu de vie à part entière, pouvant accueillir des personne âgée et/ou handicapées. Il est également un véritable outil pour réaliser des expérimentations technologiques, techniques, voire sociologiques. Retour sur quelques unes de nos expérimentations.


Expérimentations dans le domaine des capteurs

Un prototype de détecteur de présence humaine, basé sur la détection de l’émission de chaleur, a ainsi été testé, avec une finalité d’utilisation dans le domaine de la domotique au sens large du terme. Un deuxième capteur, basé sur un algorithme de vision et avec des objectifs de détection de chute a été également testé spécifiquement avec une finalité d’utilisation dans le domaine du maintien à domicile des personnes âgées. Dans un premier temps, de nombreux tests sur les capteurs dans l’appartement ont été réalisés, afin d’en améliorer les performances, avec de jeunes doctorants du laboratoire PRISME de l’université d’Orléans.

Dans un souci de cohérence et de fiabilité, il était nécessaire bien sûr d’entériner ces tests avec des sujets plus âgés, qui sont en réalité les utilisateurs potentiels de ces capteurs. L’appartement du GIS MADONAH a ainsi hébergé sur plus d’un mois et demi, une personne âgée de plus de 80 ans en bonne santé, pour se constituer une base de données conséquente d’analyse.


Les personnes âgées : un univers d’habitudes

Il est reconnu que les personnes âgées ont leurs habitudes au quotidien. L’expérimentation réalisée au sein de l’appartement prototype le montre très clairement comme nous le montre la figure ci-dessous où le temps d’occupation dans chaque pièce est représenté. Les résultats de l’expérimentation menée avec une personne âgée sont riches en information et ouvrent de nombreuses perspectives.
Sur la figure, on observe deux moyennes calculées du temps d’occupation des pièces :
- une première moyenne a été calculée, en prenant en compte l’ensemble des jours de présence de la personne âgée ;
- une seconde moyenne a été calculée, en excluant les cinq premiers jours, considérés comme des jours servant de “rodage” pour que la personne prenne ses repères.

Le temps passé dans chaque pièce peut permettre de créer un modèle sur les habitudes de la personne et ces données peuvent être utilisées à des fins médicales : par rapport à son temps passé dans la salle de bain ou pour suivre l’évolution d’une maladie dégénérative (de type Alzheimer par exemple). Un modèle des habitudes peut permettre aussi une meilleure gestion des ressources énergétiques de l’appartement.

Occupation des ...
Occupation des pièces Occupation des pièces


Le GIS MADONAH, au carrefour des compétences entre recherche et entreprises
Cet appartement pilote est aussi un point favorisant le travail collaboratif entre la recherche et les entreprises. Legrand, leader mondial des produits et systèmes pour l’installation électrique et dont le siège social en France est situé à Limoges, a installé son système de surveillance dans l’appartement prototype. L’université d’Orléans (notamment le laboratoire PRISME) a la possibilité d’utiliser le matériel de Legrand pour la recherche et en retour certaines tâches de maintenance du système sont réalisées par le Pôle Capteurs.
Durant l’année 2011, Legrand teste un prototype dans l’appartement pilote (pour des raisons de confidentialité nous ne rentrerons pas dans le détail du dispositif). Pour fiabiliser leurs tests, ils ont demandé que l’appartement prototype accueille à nouveau des personnes âgées. Il a été possible d’accueillir une femme âgée de plus de 70 ans pendant deux semaines et plus tard l’appartement a pu héberger une personne de plus de 75 ans sur la même période. Ces essais ont permis d’avoir une base de données précieuse et ont permis l’amélioration des traitements des données. Pour information, ce prototype sera finalisé durant l’année 2012 et surement commercialisé la même année.

Des personnes âgées ouvertes aux technologies de sécurisation

Du point de vue de nos volontaires, l’appartement est très confortable à vivre. Contrairement à certaines craintes, et ce malgré leur âge avancé, les volontaires se sont très rapidement familiarisés avec les technologies offertes dans l’habitat. Le fait de pouvoir tester certains prototypes de capteurs et/ou certains algorithmes de traitements sur les utilisateurs finaux (à savoir les personnes âgées) est un réel atout pour l’amélioration ou la création de nouvelles solutions pour le maintien à domicile des personnes âgées.